Chronique de l’architecte

Architecte et urbaniste, directeur associé de l’agence de programmation urbaine Alphaville, Laurent Pinon lance une chronique sur Terre Urbaine afin d’apporter le regard d’un architecte-urbaniste, d’un praticien des villes, sur les livres publiés par la maison.

Il en fait un résumé, donne son point de vue critique et contribue à ouvrir le débat et la discussion autour des sujets énoncés dans les livres.

 

 

 


Demeure terrestre, enquête vagabonde sur l’habiter, Thierry Paquot, paru en mai 2020.

Qu’est-ce qu’habiter signifie ? À l’heure où les confinements invitent au recueillement, à l’isolement, en France et dans le reste du monde, interroger la notion d’habiter revient à questionner celle du mode de vie en général. Cette question, Thierry Paquot se la pose depuis le milieu des années 1990, et il en explore le champ des réponses possibles. Dans son livre, Demeure terrestre, enquête vagabonde sur l’habiter, publié en mai 2020 aux éditions Terre Urbaine, il partage avec le lecteur sa propre expérience et dévoile l’histoire qui est la sienne.

Pour saisir encore plus l’enjeu sous-jacent du thème de l’habiter, il convient de rappeler quelques données de notre demeure terrestre. Lorsque Thierry Paquot se penche sur la question de l’habiter, la planète recense alors près de six milliards d’individus. Aujourd’hui, l’Organisation des Nations Unis estime que nous ne serions pas loin de deux milliards d’individus de plus, et envisage pour 2050 une population totale de près de dix milliards, autant de personnes qui chercheront à se loger, à habiter. Or comme l’énonce Thierry Paquot, « une ville chaleureuse, un quartier paisible, une maison agréable, accueillante, ne suffisent pas à habiter – ce qui ne légitime pas pour autant le taudis, l’habitat sans qualité, la maison sur catalogue, le grand ensemble mal entretenu, le quartier dégradé, la ville abandonnée, etc. […] Habiter consiste à être-présent-au-monde-et-à-autrui. ».

Pour lire la suite cliquez ici