Les auteurs de l’Ecologie des territoires

Vincent Aubelle

Vincent Aubelle (Institut d’études politiques de Paris et docteur en droit public) est professeur associé des universités au département Génie Urbain, École d’urbanisme de Paris, université Gustave Eiffel. Spécialiste de la décentralisation, il enseigne le droit public. Il est également psychanalyste. Parmi ses derniers ouvrages : La Loi sur le divan et Les Grandes Figures de la décentralisation (Berger-Levrault, 2019), Pour une nouvelle décentralisation de la République et La Métropole de Lyon ou N’est pas métropole qui veut ! (Fondation Jean Jaurès, 2019 et 2020).

Dominique Bachelart

Dominique Bachelart, enseignante-chercheuse en sciences de l’éducation à l’Institut universitaire de technologie de Tours jusqu’en 2017, poursuit ses recherches sur l’éducation au territoire et sur l’histoire de l’animation nature et de l’éducation à l’environnement. Elle est également membre du conseil scientifique et de la commission éducation du Parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine. Membre du Collectif Chinonais environnement depuis sa création en 2005, elle a été administratrice du Centre permanent d’initiatives pour l’environnement Touraine Val de Loire jusqu’en 2018.

Émeline Bailly

Émeline Bailly, docteur en urbanisme, est chercheuse au Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) depuis 2010. Ses recherches portent sur la ville écologique et sensible, et les concepts de paysage, d’espace public, d’ambiance et de qualité urbaine. Elle a notamment publié l’ouvrage Oser la ville sensible (éditions Cosmografia, 2018) et, avec Dorothée Marchand, Penser la qualité. Vers une ville sensible et résiliente (éditions Mardaga, 2019) et Biodiversité urbaine. Pour une ville vivante (éditions PC, 2020).

Françoise Baudin

Françoise Baudin, après des études d’histoire de l’art, a exercé des fonctions de direction culturelle pour des villes, des projets et divers établissements et institutions d’enseignement artistique et culturel. Elle milite depuis les années 1970 dans des collectifs citoyens et des associations syndicales, féministes, environnementales.

Dominique Bourg

Dominique Bourg est philosophe, professeur honoraire de l’université de Lausanne et auteur de nombreux ouvrages, dont : L’Homme-artifice (Gallimard, 1996), Quel avenir pour le développement durable ? (Le Pommier, 2002), Pour une 6e République écologique (en tant que directeur d’ouvrage, Odile Jacob, 2011), Dictionnaire de la pensée écologique (en tant que directeur d’ouvrage avec Alain Papaux, PUF, 2015), Écologie intégrale. Pour une société permacirculaire (avec Christian Arnsperger, PUF, 2017), Petit traité politique à l’usage des générations écologiques (avec Alain Papaux, UPPR, 2018) et Une nouvelle Terre (Desclée de Brouwer, 2018). Il était le candidat de la liste Urgence écologie aux élections présidentielles de 2017.

Pierre Calame

Pierre Calame est ingénieur en chef des Ponts et chaussées et président honoraire de la Fondation Charles Léopold Mayer pour le progrès de l’homme. Président de l’association Citego – Cités, territoires, gouvernance – et membre du bureau de l’Association de promotion de la Fabrique des transitions, il est aussi l’auteur de plusieurs ouvrages, notamment : Un territoire pour l’homme (Éditions de l’Aube, 1994) ; L’État au cœur, avec André Talmant (Desclée de Brouwer, 1997), La Démocratie en miettes (Descartes & Cie, 2003), Essai sur l’oeconomie (Éditions Charles Léopold Mayer, 2009), Petit traité d’oeconomie (Éditions Charles Léopold Mayer, 2018), Métamorphoses de la responsabilité et contrat social (Éditions Charles Léopold Mayer, 2020). « Praticien devenu théoricien après avoir découvert combien nos systèmes de pensée et nos systèmes institutionnels étaient en retard sur les réalités » selon ses propres termes, Pierre Calame a mené une double expérience de haut fonctionnaire de terrain et de dirigeant d’une fondation internationale, ce qui l’a conduit à voyager sur tous les continents, pour proposer, notamment dans le domaine de la gouvernance, un nouveau regard sur ses principes et ses acteurs : de la gouvernance multi-niveaux et la subsidiarité active à la revanche des territoires. Il a réalisé, pour le compte  du Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT), une série de douze conférences en ligne sur la gouvernance territoriale, librement accessibles sur le site Internet de Citego.

Charles Fournier

Charles Fournier est aujourd’hui vice-président de la région Centre-Val de Loire, chargé de la transition écologique et citoyenne et de la coopération. Il est natif de Sologne, terre de biodiversité qui a vu naître tout à la fois sa fibre écologiste et ses premiers pas dans l’éducation populaire. Il s’est formé, entre autres disciplines, à la géographie, et garde de cela l’idée que les territoires sont le substrat essentiel de la transformation écologique et de l’émancipation, individuelle comme collective. Pendant son mandat, il a lancé plusieurs démarches originales, à cette échelle ainsi que dans la façon de reconsidérer le rôle des collectivités, explorant de nouvelles voies sur la question démocratique et interrogeant in vivo les façons d’entrer en transition dans et par les territoires, pour et avec les habitants.

Michel Lussault

Michel Lussault est géographe, professeur des universités, directeur de l’École urbaine de Lyon. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont : L’Homme spatial (Seuil, 2007), De la lutte des classes à la lutte des places (Grasset, 2009), L’Avénement du monde (Seuil, 2013), Hyperlieux. Les nouvelles géographies de la mondialisation (Seuil, 2017) et Chroniques de géo’virale, avec Lou Hermann (Deux Cent Cinq, 2020). Il a codirigé avec Jacques Lévy, le Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés (Belin, 2003).

Philippe Madec

Philippe Madec est architecte (diplômé en 1979, directeur d’agence depuis 1989), enseignant (actuellement à l’École nationale supérieure d’architecture de Rennes et à l’École d’architecture de La Réunion) et écrivain. Parmi ses ouvrages : Boullée (Hazan, 1986), Le Coyote, le Petit Renard, le Geai et le Pou (Éditions Sujet/Objet, 2004), L’Architecture et la Paix. Éventuellement, une consolation (Jean-Michel Place, 2012), L’Atelier Philippe Madec (Dominique Carré/La Découverte, 2019). Pionnier de l’architecture écologique, il a été maintes fois primé pour ses réalisations. Il est membre de l’Académie d’architecture, a été expert auprès des Nations unies pour la préparation du sommet Habitat III à Quito en 2016 et co-auteur du Manifeste pour une frugalité heureuse et créative en 2018.

Perrine Michon

Perrine Michon est maître de conférences en géographie et aménagement à l’université Paris-Est-Créteil. Elle a dirigé l’ouvrage collectif Les Biens communs. Un modèle alternatif pour habiter nos territoires au XXIe siècle (Presses universitaires de Rennes, 2019).

Michaël Oustinoff

Michaël Oustinoff est professeur de traductologie au département d’Anglais de l’université Côte d’Azur, et membre du laboratoire interdisciplinaire Récits, cultures et sociétés (LIRCES), ainsi que du bureau de la revue Hermès, (CNRS Éditions). Il est notamment l’auteur de Bilinguisme d’écriture et auto-traduction. Julien Green, Samuel Beckett, Vladimir Nabokov (L’Harmattan, 2001), La Traduction (PUF, 2003, sixième édition en 2018, également traduit en portugais, arabe, farsi et japonais) et Traduire et communiquer à l’heure de la mondialisation (CNRS Éditions, 2011).

Thierry Paquot

Thierry Paquot est philosophe de l’urbain, président de l’association Image de ville (qui programme chaque année un festival de cinéma à Aix-en-Provence et Marseille), membre de la Commission du Vieux Paris, grand témoin au Festival international de géographie (Saint-Dié) en 2018, lauréat de la chaire Francqui en 2020 (Belgique), président du jury des appels à projets « Rues aux enfants, rues pour tous », conférencier… Il est aussi l’auteur d’une soixantaine d’ouvrages, dont : Le Paysage (La Découverte, 2016), Terre urbaine. Cinq défis pour le devenir urbain de la planète (La Découverte 2016), L’Espace public (La Découverte, 2015), Dicorue. Vocabulaire ordinaire et extraordinaire des lieux urbains (CNRS Éditions, 2017), Désastres urbains. Les villes meurent aussi (La Découverte, 2019), Mesure et démesure des villes (CNRS Éditions, 2020), Demeure terrestre. Enquête vaga­bonde sur l’habiter (Éditions Terre Urbaine, 2020), L’Amérique verte. Portraits d’amoureux de la nature (Éditions Terre Urbaine, 2020).

Agnès Sinaï

Agnès Sinaï est journaliste environnementale (Actu-Environnement, Le Monde diplomatique, Arte). Après avoir été membre de la rédaction de la revue décroissante Entropia, elle a fondé en 2011 l’Institut Momentum, laboratoire d’idées dont elle a dirigé les trois tomes des Politiques de l’Anthropocène (Presses de Sciences Po, 2013, 2015 et 2017). Chargée de cours à l’Institut d’études politiques de Paris, elle est aussi l’auteur de divers ouvrages, dont Walter Benjamin face à la tempête du progrès (Le Passager clandestin, 2016) et Le Grand Paris après l’effondrement. Pistes pour une Île-de-France biorégionale (Wildproject, 2020).